Noël contre la faim

Publié le 12 janvier 2018

Les enjeux de la visite du pape au Pérou et en Amazonie

Du 18 au 21 janvier 2018, le pape François se rendra au Pérou. Une visite importante dans ce pays très inégalitaire, qui a aussi donné naissance à la Théologie de la libération en faveur des pauvres et des exclus. Le pape a notamment prévu de rencontrer les communautés indigènes en Amazonie et de se rendre dans la ville de Trujillo, récemment frappée par des inondations exceptionnelles.

Un voyage en 3 étapes : Lima, Puerto Maldonado et Trujillo

François, premier pape latino-américain, continue d’arpenter son continent d’origine à la rencontre des populations isolées et marginales (Equateur, Bolivie et Paraguay en 2015, Mexique en 2016, Colombie en 2017). Après quelques jours au Chili, c’est au Pérou qu’il atterrira. La dernière visite d’un pape remonte à celle de Jean Paul II, il y a 30 ans.

Martin Willaume, chargé de mission pour les pays andins, évoque les enjeux de cette visite.


La préoccupation du pape à l’égard de l’Amazonie

Le pape François se rendra pour la première fois en Amazonie, dans la ville de Puerto Maldonado à l’est du pays. Il y rencontrera plusieurs peuples indigènes. Selon ses propres mots dans l’encyclique Laudato Si, cette région amazonienne revêt une importance « pour toute la planète et l’avenir de l’humanité » car elle est l’un des « poumons de la planète plein de diversité ».

En lien avec la doctrine sociale de l’Eglise, l’enjeu est de contribuer à la défense des peuples marginalisés de l’Amazonie, en particulier les indigènes, souvent oubliés ou sans perspective d’avenir. Aujourd’hui, c’est toute la région amazonienne et les habitants de sa forêt qui sont soumis à la pression constante d’énormes intérêts économiques internationaux.

La région de Puerto Maldonado souffre en particulier de l’exploitation minière illégale qui a causé une très forte déforestation.

La visite du pape et le message qu’il divulguera préparent le terrain pour le prochain synode pan-amazonien convoqué au Vatican pour octobre 2019.

Lire aussi :
- La visite du pape François permettra aux indigènes amazoniens de se montrer et de faire connaître leurs revendications, (en espagnol)
- Les peuples indigènes d’Amazonie luttent pour leurs droits (article de notre magazine FDM)

Mise à jour février 2018 "Amazonie : Le Pérou défie le pape François" dans La Croix

A Trujillo, "ville symbole des peuples sinistrés"

Située sur la côte, au nord du pays, la ville de Trujillo abrite un lieu de pèlerinage marial très populaire. Elle a aussi été particulièrement touchée l’année dernière par des pluies diluviennes causées par le phénomène météorologique El Nino. Les inondations et les coulées de boue avaient entrainé plus de 160 morts et le déplacement forcé de 70 000 personnes. Pour Mgr Miguel Cabrejos Vidarte, archevêque de Trujillo, la ville, dont la population a fait preuve d’une grande solidarité, est un "symbole des peuples sinistrés".

Promouvoir l’unité et l’espérance dans un pays de contrastes et de divisions

Le Pérou est un pays de contrastes géographiques avec ses sommets andins, sa jungle amazonienne et sa côte désertique très peuplée. Ces contrastes se retrouvent au sein de la société et de l’Eglise péruvienne. Le message officiel retenu par le Vatican pour cette visite papale est :

« Unidos por la esperanza » (Unis dans l’espérance)

Un défi pour le Saint Père alors que le pays se divise autour de la grâce accordée par le président péruvien à son prédécesseur : Alberto Fujimori avait été condamné pour crimes contre l’humanité. L’affaire suscite un vif débat au sein de la société et de l’Eglise péruvienne. D’un côté les "partisans du pardon", de l’autre ceux qui dénoncent l’impunité et même l’insulte faite à la souffrance des victimes du conflit armé.

Les partenaires du CCFD-Terre Solidaire et plusieurs ONG de la société civile péruvienne dénoncent cette grâce qui méconnaît le droit international et espèrent un geste de soutien du souverain pontife.

Si l’archevêque de Lima, le cardinal Cipriani, est membre du courant conservateur de l’Opus Dei, le pays reste très marqué par la théologie de la Libération. Le prêtre péruvien, Gustavo Gutiérrez, est à l’origine de la formalisation de ce courant de pensée progressiste. La théologie de la libération prône notamment une attention particulière aux pauvres et aux exclus afin de leur rendre espoir et dignité.

De nombreuses figures de l’Eglise péruvienne et des organisations laïques et confessionnelles (partenaires du CCFD – Terre Solidaire) perpétuent aujourd’hui cet héritage en s’engageant auprès de ces populations marginalisées qui défendent leur territoire.

Morceaux choisis du discours du Pape du 19 janvier 2018 aux peuples indigènes (traduction officielle du Vatican) :

"Nous qui n’habitons pas ces terres, nous avons besoin de votre sagesse et de votre connaissance pour pouvoir pénétrer, sans le détruire, le trésor que renferme cette région."

"Réaffirmer avec vous une option sincère pour la défense de la vie, pour la défense de la terre et pour la défense des cultures."

"Probablement, les peuples autochtones amazoniens n’ont jamais été aussi menacés sur leurs territoires qu’ils le sont présentement. L’Amazonie est une terre disputée sur plusieurs fronts : d’une part, le néo-extractivisme et la forte pression des grands intérêts économiques qui convoitent le pétrole, le gaz, le bois, l’or, les monocultures agro-industrielles. D’autre part, la menace visant ses territoires vient de la perversion de certaines politiques qui promeuvent la ‘‘conservation’’ de la nature sans tenir compte de l’être humain et, concrètement, de vous, frères amazoniens qui y habitez. Nous connaissons des mouvements qui, au nom de la conservation de la forêt, accaparent de grandes superficies de terre et en font un moyen de négociation, créant des situations d’oppression des peuples autochtones pour lesquels, le territoire et les ressources naturelles qui s’y trouvent deviennent ainsi inaccessibles."

"Nous devons rompre avec le paradigme historique qui considère l’Amazonie comme une réserve inépuisable des États sans prendre en compte ses populations."

"La reconnaissance et le dialogue seront la meilleure voie pour transformer les relations historiques marquées par l’exclusion et la discrimination."

"En contrepartie, il est juste de reconnaître qu’il existe des initiatives porteuses d’espérance qui naissent dans vos propres rangs et dans vos organisations et permettent que les peuples autochtones eux-mêmes ainsi que les communautés soient les gardiens des forêts, et que les ressources produites par la sauvegarde de ces forêts reviennent comme bénéfice à leurs familles, pour l’amélioration de leurs conditions de vie, pour la santé et l’éducation de leurs communautés. Ce ‘‘bien-faire’’ se trouve en syntonie avec les pratiques du ‘‘bien-vivre’’ que nous découvrons dans la sagesse de nos peuples. Et permettez-moi de vous dire que vraiment, pour certains, vous êtes considérés comme un obstacle ou une ‘‘gêne’’ ; en vérité, par votre vie, vous constituez un cri pour qu’on prenne conscience du mode de vie qui ne parvient pas à limiter ses propres coûts. Vous êtes la mémoire vivante de la mission que Dieu nous a donnée à nous tous : sauvegarder la Maison commune."

"La reconnaissance de ces peuples – qui ne peuvent jamais être considérés comme une minorité, mais comme d’authentiques interlocuteurs – et de tous les peuples autochtones nous rappelle que nous ne sommes pas les propriétaires absolus de la création."

"La culture de nos peuples est signe de vie. L’Amazonie, outre qu’elle constitue une réserve de biodiversité, est également une réserve culturelle que nous devons sauvegarder face aux nouveaux colonialismes."

La vidéo ci-dessous présente l’action de deux associations péruviennes soutenues par le CCFD-Terre Solidaire : le Centre Bartolomé de las Casas et CooperAcción. Celles-ci appuient les communautés indiennes et les paysans dans leur développement et la défense de leurs droits.

Lire aussi : - Amérique latine : Des jeunes théologiens reprennent le flambeau de la Théologie de la libération (article de notre magazine FDM)

Le réseau d’ONG catholiques européennes CIDSE et un réseau d’association péruviennes ont également publié un communiqué commun exprimant leur indignation suite à la grâce octroyée par le président Pedro Pablo Kuczynski à Alberto Fujimori.

Communiqué en anglais
Communiqué en anglais
Communiqué en espagnol
Communiqué en espagnol

S’informer

5 janvier 2018

A Madagascar, l’exploitation aurifère de Vohilava ferme suite à la mobilisation de la population

Le CCFD-Terre Solidaire salue l’annonce de la fermeture du site aurifère de Vohilava exploité par une société chinoise à Madagascar. Cette (...)

1er janvier 2018

En Colombie, une commission pour faire la vérité sur le conflit- Francisco De Roux

FDM n°302

Responsable de la communauté jésuite de Colombie depuis 2008, ancien directeur du Cinep/PPP, partenaire du CCFD-Terre Solidaire, (...)

29 novembre 2017

Henri Burin des Roziers, grand avocat des paysans sans terre au Brésil, nous a quittés

Henri Burin des Roziers est mort le 26 novembre 2017 à Paris à l’âge de 87 ans. Frère dominicain français épris de justice et de liberté, (...)

Nos projets

11 juillet 2016

Au Pérou, la résistance à l’industrie minière des communautés indiennes (vidéo)

Un documentaire de vingt minutes nous plonge au cœur des conséquences de l’exploitation minière sur les communautés paysannes et indiennes (...)

11 mars 2016

Les peuples indigènes d’Amazonie luttent pour leurs droits

Chercheur au sein du Centre Amazonien d’Anthropologie et d’Application Pratique (CAAAP) – soutenu par le CCFD-Terre Solidaire – Manuel (...)

25 février 2016

L’Institut Bartolomé de Las Casas forme les acteurs sociaux péruviens

Depuis plus de 40 ans, l’Institut Bartolomé de las Casas, partenaire du CCFD-Terre Solidaire, forme la conscience critique de nombreux (...)