Noël contre la faim

Publié le 20.10.2017 • Mis à jour le 27.10.2017

Birmanie : l’UE privilégie ses intérêts financiers à l’instauration de la paix

Mythes et risques de l'Accord de protection des investissements européens en Birmanie

Un collectif d’organisations birmanes et européennes, dont le CCFD-Terre Solidaire, publie, le 4 octobre 2017, un rapport intitulé « Mythes et risques de l’Accord de Protection des Investissements UE/Birmanie (Myanmar) ». Le document expose les conséquences graves sur la paix et les droits humains d’un tel accord .

En Birmanie, les enjeux économiques nourrissent les conflits et la situation des droits de l’Homme est extrêmement fragile. En attestent les événements de septembre 2017 qui ont poussé plus d’un demi-million de Rohingya à se réfugier au Bangladesh.

Lire aussi : En Birmanie, la société civile appelle le gouvernement à coopérer avec la mission d’enquête des Nations unies

Dans leur rapport « Mythes et risques de l’Accord de Protection des Investissements (API) UE/Birmanie (Myanmar) », publié le 4 octobre 2017, les organisations signataires estiment que les avantages d’un tel accord sont largement surestimés. Elles soulignent également les risques graves encourus.

Les cinq mythes de l’accord de protection des investissements


  • 1- Il engendrera une arrivée massive d’investissements européens et permettra au pays de se développer
  • 2- Il protègera les droits des travailleurs et l’environnement
  • 3- Les investisseurs européens aideront la Birmanie à améliorer sa situation en matière de droits humains
  • 4- Les négociations de l’Accord de protection des investissements UE-Birmanie sont bien plus transparentes que celles d’autres traités négociés par la Birmanie
  • 5- L’API UE-Birmanie ne sera qu’un traité parmi tant d’autres signés par la Birmanie
© Patrick Chesnet / CCFD-Terre Solidaire

Les cinq risques de l’accord de protection des investissements


  • 1- Il empêchera une réforme réglementaire démocratique
  • 2- Il aura des conséquences limitées sur le budget public
  • 3- Il entravera le processus de paix
  • 4- Il ira à l’encontre du renforcement du système judiciaire national
  • 5- Il pourrait être adopté sans examen de l’opinion publique
Lire le communiqué de presse : Mythes et risques de l’Accord de Protection des Investissement UE/Birmanie

Télécharger le rapport « Mythes et risques de l’Accord de Protection des Investissements UE/Birmanie (Myanmar) :

Rapport : Mythes et risques de l’Accord de protection des investissements entre l’UE et la Birmanie
Rapport Mythes et risques de l’Accord de protection des investissements entre l’UE et la Birmanie

S’informer

5 février 2018

La terre, enjeu d’une paix durable en Colombie

FDM n°302

Le problème foncier, déjà à l’origine de la guerre qui a déchiré une partie du territoire pendant plusieurs décennies, constitue toujours l’un (...)

5 janvier 2018

Edito : La paix demeure l’espérance de millions de Colombiens

FDM n°302

L’espoir de voir la paix s’installer demeure, malgré d’énormes freins au processus. Dans les zones délaissées par les anciens guérilleros (...)

1er janvier 2018

En Colombie, une commission pour faire la vérité sur le conflit- Francisco De Roux

FDM n°302

Responsable de la communauté jésuite de Colombie depuis 2008, ancien directeur du Cinep/PPP, partenaire du CCFD-Terre Solidaire, (...)

Nos projets

16 janvier 2018

Birmanie : se former aux pratiques alternatives pour s’émanciper des grandes entreprises étrangères

En Birmanie, le Gaia Sustainable Management Institute (GSMI), organisation partenaire du CCFD-Terre Solidaire, développe des pratiques (...)

15 décembre 2017

A Jérusalem, une association d’archéologues israéliens dénonce l’utilisation politique des fouilles

Créée par des archéologues, l’association Emek Shaveh est une organisation israélienne qui vise à sensibiliser le public, les journalistes et (...)

2 juin 2017

En Palestine, soigner une société traumatisée

Cinquante ans après la conquête par Israël de la Cisjordanie, de Jérusalem Est et de la Bande de Gaza, et près d’un quart de siècle après (...)